Au sommet du hype burgeresque

Ni Junk-food, ni Délicatessen hors de prix. Chez Big Fernand, le terroir règne ! Alors que le Burger est placé sous les feux des papilles de tous les parisiens depuis quelques années, Mr. Fernand a su innover dans ce monde de buns-cheedar-viande. Infiniment petit, mais plus convivial que les food trucks ravissant les plus bobo des gastronomes; l’endroit nous embarque dans celle qui sera notre (puis la votre) meilleure aventure burgeresque ! Les hipsters sont au rendez- vous, du coup on se retrouve à entendre leurs discussions pa-ssio-nantes. Bien que fort distrayantes, un moustachu nous aborde. « Vous connaissez le concept ? Non ? Je vous l’explique, et je suis là pour répondre à vos questions en cas de doute ». Très à l’écoute et incroyablement aimables, c’est dans la bonne humeur qu’on discute avec Steve, l’un des proprio. L’originalité principale ? La possibilité de composer son hamburger soi-même, avec une liste large et innovante d’ingrédients; d’où son surnom «l’atelier du burger». 7€ pour la viande, 2€ pour le fromage 100% frenchy, les légumes grillés venant tout droit de nos jardins sont à 1,5€, et les sauces faites maison sucrées ou salées, aux noms vintages tels Tata Fernande, ou Tonton Fernand à 50cts. Le petit plus qui donne l’accent provençal ce sont les herbes de Provence, gentiment pas facturées! Je prendrais un Bartholomé, ce jour-là, mon âme d’artiste ne montre pas le bout de son nez! Le Philbert au poulet, le Victor au veau, l’Alphonse à l’agneau, vous remarquerez les jeux de mots, mais surtout la variété des produits. Tout comme les noms des burgers, les viandes sont de provenance française, commandées à un grand boucher parisien, elles sont hachées sur place. Le pain ne déçoit pas les gourmets les plus traditionnels, le boulanger voisin les fait au quotidien, avec amour et spécialement pour eux. 




 OH-MY-GOD, si j’étais une Fernandette, je serais SO IN LOVE de mon Fernand!

Orgasmique c’est le mot. Le Camion qui fume, BIA (NDLR Breakfast in America), Coffee Parisien ou encore Schwartz Deli.. ou aujourd’hui Blend, Frog Burger ou BAB. A Paris, côté burger, on sait plus où donner de la tête. Pourtant dès la première bouchée, plus aucun doute: Guillaume, Alex et Steve, les créateurs, ont réussi leur pari. Le mélange des goûts est en parfait équilibre. La viande cuite sous nos yeux , d’une manière propre aux moustachus, est fondante en bouche et riche en goût grâce à leurs épices saupoudrant la viande au dernier moment sur le grill. Le fromage-à-raclette est merveilleusement coulant. Les oignons confits : un concentré de plaisir sucré en bouche. Touche finale avec la poitrine grillée et le Tonton Fernand, la sauce barbecue made in Big Fernand. Jamais je n’ai goûté une poitrine aussi croustillante, ni une sauce aussi goûteuse. Exquisitement parfait. De la grande gastronomie à petits prix, comptez 14 à 16€ pour les formules. Notez 1€ en moins si vous emportez le trésor, dans un sachet I love BF. Trop hype, si cool ! On en redemande déjà. Le burger est accompagné de «Fernandines», F comme frites, pour des pommes de terre qui n’ont de frites que la forme. Assaisonnées originalement avec des épices irrévélables et étant faites à partir de pommes de terres d’une variété «secrète», le goût plutôt sucré en résulte inédit. Pour la touche finale, entre Bionade ou Leffe, je choisis de boire le lait d’une vache, la boisson star de l’enseigne. Aromatisé au chocolat-cookie, l’impression de boire un gâteau est surprenante. Malheureusement, cette boisson n'est plus des leurs, j'ai déjà déposé une fiche de réclamation. Une minute pour être servis, et pour moi le meilleur rapport qualité-prix de la capitale. Les fondateurs à la chemise-à-carreau nous rappelant la campagne franchoullarde m’ont eu. Et je suis loin d’être là seule. Le tout Paris a succombé. Leur succès prenant de plus en plus d’ampleur, le coffret Big Fernand est sorti (testé et approuvé, merci Spinouss). Un livre de 30 recettes, une bouteille ketchup, et une autre moutarde, et un presse à steak. Les fernand- fans vont faire des folies.



55 rue du faubourg Poissonnière, Paris 9ème  
32 rue du Saint-Sauveur, Paris 2ème