Ulyana Sergeenko, Haute Couture SS14


Carine Roitfeld devant moi, Suzy Menkes prend soigneusement des notes juste en face (spottez là sur certaines photos), Anna dello Russo rigole avec sa copine de rang. La crème de la crème des rédactrices en chef se concentre au Pavillon Cambon pour le défilé de la 4ème collection de la créatrice russe et it girl Ulyana Sergeenko. 
Un wagon de train comme décor de salle pour une immersion immédiate dans un monde de l'inconnu au soupçon vintage, le tout au cours d'un voyage autour du Kazakhstan, Turkmenistan et Uzbekistan. Des couleurs passionnées, sensuelles sur des soies, doubles soies ou encore de l'organza pour transmettre les émotions ressenties par ces femmes du voyage, femmes s'aventurant autour de paysages à l'atmosphère cristalline tels ceux sur les toiles de Nicholas Roerich. De pays en pays, de nouvelles matières et coupes sont découvertes, de nouvelles émotions sont ressenties, cette femme fatale de l'orient n'en devient que plus forte et mystérieuse, et avec cette évolution caractérielle se transforme sa garde-robe. Dans ce périple, l'amour croise sa route. Les nobles et artistes accompagnent les poupées russes sur le défilé avec des tenues à la subtilité merveilleuse.
J'ai souvent bannit la Haute Couture de mon champ d'intérêt car trop excentrique; d'année en année les pièces crées semblaient inaccessibles et surtout importables. En combinant l'élégance inimitable d'antan avec des coupes modernistes et des matières souples poussant la sensualité à son maximum, Ulyana Sergeenko a redonné un nouveau visage à la femme fatale 2014. 

Le body tricolore rouge-bleu-bordeaux, volumineux sur le bustier, de la folie à l'état pur. 

 
All pictures by 
(c) Ella del Carmen Vazquez