Privé de dessert: à la hauteur de son buzz médiatique ?



C'était le spot de la rentrée. L'endroit ab-so-lu-ment dingue de SoPi. La déferlante médiatique ne cessait, le jeu en valait la chandelle disaient les articles élogieux.

Alléchant tout cela, je note l'adresse sur la 3ème page de mon carnet Marc Jacobs spécial "to-eat list". L'eau à la bouche, je n'avais de yeux que pour cette nouvelle adresse. L'impatience me régnait. 
Et pourtant..
Que s'est-il passé? Le concept était pourtant prometteur, digne d'une innovation marketing, mais ne serait-ce pas le problème justement ? 

Le trompe-l'oeil vous connaissez ? Oui, oui, c'est bien l'épreuve qu'on retrouve à chaque saison de Top Chef. 
Chez Privé de dessert, le tomate-mozza se déguise en mille-feuille, le traditionnel foie-gras, pain d'épices, chutney de fruits se masque sous les airs classiques de l'Opéra.. 

L'endroit plutôt sobre mais moderne, lumineux même en pleine nuit hivernale. Des sourires, des attentions, de la lenteur mais à Paris ça nous étonne plus. La carte excessivement originale et appétissante. 
Tentons l'éclair avocat, écrevisse, agrumes et sauce piquillos. C'est classique, c'est bon. Ca ne t'emmène pas droit vers la lune mais c'est plaisant.



Les burgelogues se sont interrogés sur leur burger façon Saint-Honoré, mousse de cheddar. Incontournable m'a-t-on dit. Inoubliable, Incroyable, Ingénieux et pourtant..
Flop! Depuis mon saut burgerien chez Coffee Parisien en 2010, plus aucun ne m'avait déçu jusqu'à présent. Entre autre grâce à l'émergence de burgers gourmets s'éloignant du prototype américano-industriel.

Ce dessert salé me laisse un goût amer. Visuellement ça se tient, mais gustativement parlant, oh mon dieu ! Une sauce ketchup sans intérêt, des boulettes de viande peu assaisonnées au moelleux absent, un pain à la texture désagréable et une crème chantilly faisant office de cheddar, dont le goût tient plus du terne que de la puissance cheedarienne. Bon point pour les oignons rouges apportant une note sucrée et pour les churros de pomme de terre en guise de frites, ça croustille, ça déchire!

Une belle promesse ? Oui. A la hauteur du buzz médiatique ? Pas ce soir d'hiver en tout cas.
On laisse le succès s'essouffler, on reviendra. Après tout, les desserts peuvent encore nous faire changer d'avis.




Privé de Dessert
4 rue Lallier
9ème arrondissement de Paris