Casablanca Diary

Un premier voyage au maroc, c'est non seulement une semaine de repos loin de l'agitation stressante Parisienne, c'est avant tout, oublier ses préjugés et redécouvrir une culture très souvent sous-estimée. 

Casablanca n'est pas une ville à la beauté hypnotisante, mais elle est une juste représentation du pays dont elle est la capitale économique. Entre les beaux quartiers non loin de la corniche Ain Diab aux villas démesurément modernes et les bidonvilles de Derb Gallef où se cachent commerçants et artisans issus de la misère Casablancaise, cette ville est le point de rencontre entre la modernisation d'une Afrique du Nord et les inégalités du niveau de vie qui y persistent.

A quelques heures de route, se trouve un village de pêcheurs un brin touristique mais qui garde toute l'authenticité de la côte marocaine. Les péniches décorées aux fleurs, les pêcheurs sur le bord de la route qui vendent leurs huitres, oursins et couteaux à 10 centimes la pièce, le marchand de café aux épices qui longe la plage les pieds dans l'eau dans l'espoir de dégoter quelques dirhams.. Ce sont des images bien lointaines des chameaux, zouks et thés à la menthe, et c'est cela qui les rend plus attrayantes à mon egard. Sortir des préjugés over-médiatisés, redécouvrir des atmosphères paisibles, et aller à la rencontre d'un peuple qui est très mal représenté en France, voici ce que Oualidia, m'a permis.